Astronomie

À la Une du cosmos 

Alors qu’Opportunity fête son 5 000e jour sur Mars, la sonde annonce avoir trouvé des lignes de cailloux alignés – un phénomène classique sur Terre, lié à un sol humide qui gèle et dégèle… Reste à voir si c’est la même origine sur Mars et si oui, comment l’expliquer (changements d’obliquité ?).

MER

Une nouvelle image infrarouge du centre de la Galaxie détaille les filaments de gaz et de poussières et les champs magnétiques autour du trou noir supermassif qui s’y trouve.

Oxford Univ./RAS

Surprise dans des données de l’observatoire européen XMM… En suivant sur 2 décennies le comportement d’un système binaire massif, on a découvert  que sa signature X, liée à la collision entre les vents stellaires éjectés par ses étoiles, a changé: elle est devenue plus brillante. Une des étoiles du système a certes connu une éruption récente, mais comme elle revient à la normale, il y a moins de matière dans le système: on s’attendait donc à un affaiblissement, pas à une augmentation de luminosité. Cette variation contre-intuitive serait liée à un phénomène d’instabilité, qui venait juste d’être théorisé.

ESA

Découverte d’un trou noir inactif dans l’amas globulaire NGC3201 grâce au mouvement orbital de son compagnon stellaire. Il possède une masse très modeste: seulement 4 masses solaires.

ESO 

Du neuf sur notre voisine ! Tout d’abord, si l’on sait que la Lune s’éloigne de quelques centimètres par an, le taux passé est mal connu. Des chercheurs ont combiné leurs modèles aux mesures du renflement équatorial lunaire, et ont déduit un taux assez faible. Pour ­l’expliquer, il faut que les marées sur Terre aient été minimales il y a 4 milliards d’années: les résultats soutiennent donc l’idée d’une terre «boule de neige» dans un lointain passé. D’autre part, un ­réexamen des données de la sonde Chandrayaan-1 indique que la répartition de l’eau sur la Lune est uniforme et ne subit pas de variation diurne.

GSFC

Une équipe internationale a déterminé plus précisément la densité des planètes de Trappist-1: avec des densités similaires ou légèrement inférieures à celle de la Terre, ces planètes sont rocheuses et pour la plupart possèdent une enveloppe de composés volatiles donc sont probablement riches en eau.

ESO (vue d’artiste)