Espace

2021, l’année du tourisme spatial

Fleur OLAGNIER • fleur.olagnier@gmail.com

©Virgin Galactic 2020, ©SPACEX, ©AXIOM SPACE

Après des mois de restrictions en raison de l’épidémie de coronavirus, les perspectives de voyage s’élargissent enfin. Alors quoi de mieux pour fêter la liberté retrouvée qu’un petit tour … dans l’espace. L’année 2021 voit en effet de nombreux projets de tourisme spatial se concrétiser. Excursion autour de la Lune sur invitation, 3 jours en orbite terrestre avec SpaceX ou nuit dans un hôtel à bord de la Station spatiale internationale… Utopique ? Loin de là … 

L’intérieur du vaisseau spatial de Virgin Galactic

 

Il y a encore quelques mois, l’accès à l’espace était réservé aux astronautes professionnels qui se relaient tous les 6 mois environ au sein de la Station spatiale internationale (ISS). Mais en 2021, tout change. Le tourisme spatial n’est plus un rêve insensé, les projets pour envoyer des civils en apesanteur sont plus concrets que jamais. 

 

Huit tickets pour survoler la Lune

Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa a offert en mars 8 tickets pour l’accompagner autour de la Lune pendant une semaine. Ce magnat de la mode en ligne et collectionneur d’art contemporain a été le premier client privé à réserver un vol à bord de Starship, la fusée habitable développée par SpaceX. L’engin doit emmener une dizaine de touristes – aussi appelés astronautes commerciaux – vers notre satellite naturel en 2023, et l’année suivante des astronautes professionnels sur le sol lunaire dans le cadre de la mission Artemis de la Nasa.

Pour accompagner Yusaku Maezawa, dans une excursion dont le coût dépasserait les 110 millions de dollars, il faut être prêt à «repousser les limites de la créativité» et à aider les autres membres de l’équipage à faire de même. Les entretiens définitifs et examens médicaux des candidats doivent avoir lieu fin mai.

Les 8 veinards choisis seront les premiers voyageurs lunaires depuis la mission américaine Apollo 17 en 1972. Cela, bien sûr, si la société d’Elon Musk parvient à terminer dans les temps le vaisseau habitable et le premier étage de propulsion Super Heavy qui composent la fusée Starship. À savoir qu’en décembre, janvier et février, les 3 derniers prototypes de l’engin de 120 m de haut se sont écrasés ou ont explosé au sol quelques minutes après l’atterrissage…