Espace

Quoi de neuf dans l’espace ?

Théo PIRARD • space.info.theo@gmail.com

ESA

L’Autrichien Josef Aschbacher, surnommé «Mr Copernicus», est le nouveau directeur général de l’ESA depuis le 1er  mars. Cette figure clé du spatial a fait de l’observation de notre planète une priorité européenne en étant l’artisan du système Copernicus, mis en œuvre par l’ESA. Une douzaine de modèles de satellites Sentinel se trouvent programmés pour la collecte de données sur la dégradation continue de l’environnement d’après 6 axes: la surveillance des terres, l’analyse du milieu marin, le monitoring des composants gazeux et des aérosols de l’atmosphère, le suivi des variables du changement climatique, la gestion des situations d’urgence et l’organisation des services de sécurité

Sentinel-2 pour des prises de vues multispectrales : 2 sont en opération

La Commission européenne a investi 6,7 milliards d’euros entre 1998 et 2020 dans le système Copernicus. Ses efforts, aux côtés de l’ESA, d’Eumetsat (European Organisation for the exploitation of Meteorological Satellites) et de l’AEE (Agence Européenne de l’Environnement) vont s’intensifier avec la mise en œuvre d’outils plus performants autour de la Terre pour des missions plus spécifiques…

En plus des satellites Eumetsat de nouvelle génération, des observatoires Sentinel sont en préparation pour des missions plus ciblées avec de nouveaux instruments de grande précision. Les lancements de ces espions environnementaux, qui fonctionnent comme de sérieuses alarmes pour le futur de l’humanité sur notre planète, sont planifiés jusqu’à la fin de la décennie:

– Sentinel-7/CO2M (CO2 Monitoring Mission) prévu pour 2025 pour la mesure précise du dioxyde de carbone dans l’atmosphère;

– Sentinel-8/LSTM (Land Surface Temperature) annoncé pour 2029 afin de mieux gérer les ressources en eau;

– Sentinel-9/CRISTAL (Copernicus Polar Ice and Snow Topography Altimeter) dès 2027 pour surveiller l’évolution des glaciers et de la couverture neigeuse;

– Sentinel-10/CHIME (Copernicus Hyperspectral Imaging Mission for the Environment) en 2029 afin de fournir des données sur l’agriculture, la sécurité alimentaire, la biodiversité…