Actualités

Jean-Claude Quintart • jc.quintart@skynet.be

© IAC – AGC Automotive Europe, © IBA, © Masthercell, Freepik,
luis_molinero/Freepik, © UCLouvain, yanalya/Freepik

01

Une porte intelligente

La solution semble taillée pour un prochain James Bond et pourtant, elle s’adresse à notre future voiture ! Présentée au dernier Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas et née d’une collaboration entre Automotive Components Group (IAC) et AGC Automotive Europe, la StreetSmart Door fédère technologies novatrices et matériaux avancés afin de booster la sécurité des passagers et des conducteurs de demain. Son concept s’appuie sur des surfaces modelées en verre harmonieusement intégrées dans le panneau de la porte, un écran d’affichage lié au système de contrôle par caméra numérique latérale et sur des commandes d’éclairage et de confort. En opération, le système peut supporter l’ensemble des types de conduite (avec conducteur, en autonome et en covoiturage) à la fois pour les applications actuelles et futures. Enfin, tout en finesse, le design offre des enceintes en verre, des matériaux de qualité supérieure et un éclairage d’ambiance dynamique propice aux personnalisations de l’habitacle du véhicule.

Un produit hautement résistant aux chocs recouvre le verre ultra-mince (0,5 mm) développé par le wallon AGC, qui facilite le nettoyage de l’écran tactile et renforce le toucher soyeux. Associées au design remarquable de l’ensemble, les enceintes en verre transparent réduisent la complexité de production et génèrent des économies de poids de 50% par rapport à des haut-parleurs classiques. Notons encore que ces enceintes proposent aux passagers une expérience acoustique unique via une diffusion immersive du son dans tout l’habitacle. Remplaçant les traditionnels miroirs latéraux, le système de contrôle par caméra est doté d’ailes profilées repliables munies de caméras à plage dynamique très étendue, d’un écran tactile de 7 pouces et d’un rétroviseur digital offrant au conducteur de nombreux avantages: champ de vision élargi, élimination des angles morts, écrans antireflet, vision nocturne, etc. Lové dans l’accoudoir, l’écran est composé de surfaces explorables au toucher par une interface intuitive, évitant au conducteur de quitter la route des yeux.

Pour Dave Pascoe, Chief Technical Officer d’IAC, «Notre force est de pouvoir intégrer de multiples innovations pour des intérieurs prêts à l’emploi. En exploitant notre R&D d’envergure mondiale et notre réseau de production, nous nous assurons que le raffinement et l’ergonomie de la StreetSmart Door répondent facilement aux requêtes des différents utilisateurs, tout en veillant à fournir efficacement et sûrement nos clients». De son côté, Jean-Marc Meunier, Regional President pour l’Europe d’AGC Automotive Company: «Le recours au verre couvrant les interfaces s’étend des dispositifs intelligents aux intérieurs de véhicule et les applications sur mesure du verre intérieur optimisent le design». Une fois encore, le verrier wallon a fait montre d’un savoir-faire particulier, fruit d’une expérience qui plonge ses racines dans l’histoire du verre. Basé à Louvain-la-Neuve, AGC Automotive Europe est le spécialiste de la production de vitrages (première monte et remplacement) et de verre intérieur pour le marché automobile. Le néo-louvaniste offre également des modules complets prêts à l’assemblage, des fonctions à haute valeur ajoutée (antennes, senseurs, dispositifs chauffants), des vitrages aux propriétés renforcées et de l’isolation thermique et acoustique. Au cœur des développements d’AGC, le Technovation Center de Charleroi mobilise 250 ingénieurs et chercheurs et consacre 50% de son budget à la recherche et développement de produits, solutions et procédures de fabrication durables.

http://www.agc-automotive.com

http://www.agc-glass.eu

http://www.streetsmartdoor.com

02

La protonthérapie débarque en Wallonie

Après avoir engrangé des contrats à travers le monde, IBA va enfin installer une solution de protonthérapie en Wallonie, plus exactement à Charleroi. Une commande passée conjointement par l’Université libre de Bruxelles (ULB), l’Université de Liège (ULiège), l’Université de Namur (UNamur) et l’Université de Mons (UMons). Oscillant entre 25 et 30 millions d’euros, ce contrat comprend l’installation d’une solution compacte de protonthérapie Proteus®ONE, des services et des programmes de recherche conduits en collaboration avec les 4 universités à la base du projet. Notons que l’Université catholique de Louvain (UCLouvain) rejoindra les partenaires du projet pour des travaux de recherche complémentaires.

Cette commande porte à 25 le nombre de solutions compactes de protonthérapie vendues à ce jour par IBA. Elle est aussi le second contrat signé en Belgique et surtout, le premier passé en Wallonie. Une belle victoire donc pour la société wallonne de Louvain-la-Neuve. Équipée de la technologie Intensity Modulated Proton Therapy (IMPT), la solution Proteus®ONE bénéficie des dernières avancées développées par IBA en coopération avec des instituts de recherches cliniques de réputation mondiale. Plus compacte, plus abordable, plus facile à installer et à financer et conviviale à exploiter sont quelques-unes des caractéristiques permettant à Proteus®ONE d’être accessible à toujours plus d’institutions et de patients à travers le monde. Depuis son quartier général de Louvain-la-Neuve, IBA gère plus de 1 500 personnes dans le monde qui installent ses systèmes en Europe, aux États-Unis et dans de plus en plus de pays émergents.

https://iba-worldwide.com/ 

03

Thérapie cellulaire en plein boom

Professionnel de la thérapie cellulaire, MaSTherCell a inauguré, fin 2018, une nouvelle aile de production de quelque 600 m² sur son site de Gosselies (Charleroi). Point d’orgue d’un programme d’investissements qui dote l’entreprise de 5 nouvelles salles blanches à la pointe de l’art, cet agrandissement permet à MaSTherCell de doubler ses capacités de production et de rencontrer les demandes d’un marché en hausse.

Fondé en 2011, MaSTherCell produit du matériel pour le compte de clients en tant que spécialiste de la thérapie cellulaire, niche particulièrement féconde tant au niveau des maladies rares que des pathologies courantes. En 2018, l’entreprise a engagé plus de 60 personnes, portant ses effectifs à 145 personnes, chiffre qui devrait atteindre les 250 dans un avenir proche.

Racheté en 2015 par l’israélo-américain Orgenesis, MaSTherCell est, suite à un partenariat conclu entre son actionnaire et le Fonds de pension américain Great Point Partners, devenu la clé de voûte d’un réseau global tant en production qu’en Recherche et Développement.

http://www.masthercell.com

https://www.orgenesis.com

04

Cancer du pancréas à l’étude

Le cancer du pancréas est celui qui tue le plus, pratiquement tous les patients atteints y succombent ! Une situation alarmante et d’autant plus critique que chaque année, plus de 1 500 nouveaux cas sont détectés en Belgique, dont seuls 15% sont jugés opérables lors du diagnostic. Un triste constat qui ne pouvait laisser de marbre la communauté scientifique.

Une étude portant sur la redéfinition de sous-types de cancer du pancréas et basée sur l’analyse de 309 échantillons a donc été conduite par 5 hôpitaux universitaires belges et français, dont Erasme et Jules Bordet pour la Belgique. À cette occasion, 5 sous-types de cancer ont pu être identifiés, chacun présentant un pronostic différent et des caractéristiques propres pouvant mener à prédire la pertinence de certains traitements comme l’immunothérapie, par exemple. 

«L’originalité de ces travaux repose dans le fait que notre classification tient compte de 2 parties composant la tumeur: les cellules tumorales et le micro­environnement tumoral, dont on connaît le rôle actif dans la tumeur», explique Francesco Puelo, gastroentérologue à la Clinique d’Oncologie digestive de l’Institut Jules Bordet. «Suite à cette découverte, il conviendra d’établir au plus vite un consensus international sur les sous-types de cancer du pancréas, comme nous l’avons fait il y a quelques années pour le cancer du côlon, et avancer sur une classification utilisable en routine et recherche clinique», ajoute Jean-Luc Van Laethem, chef de la Clinique d’Oncologie digestive à Erasme. Ces travaux ont fait l’objet d’une publication dans la revue américaine Gastroenterology Journal de décembre dernier.

https://www.bordet.be

https://www.gastrojournal.org

05

Le glaucome a du mouron à se faire

Tout va bien pour Istar Medical, dont le premier essai STAR-I de chirurgie micro-invasive du glaucome chez l’homme avec le dispositif MINIject™ en utilisation stand-alone, confirme la sureté et l’efficacité du MINIject™ pour réduire de manière significative la pression intraoculaire (PIO) et alléger le traitement médicamenteux des patients atteints de glaucome. Concrètement, l’essai montre que l’implantation du MINIject™ provoque une réduction moyenne de la PIO de 32,6% jusqu’à une pression moyenne de 15,6 mmHg en un an. Grâce à cette solution, 75% des patients ont pu éviter la reprise des collyres anti-glaucomateux et cerise sur le gâteau, aucun effet indésirable oculaire grave n’a été relevé et aucun patient n’a dû par la suite subir de chirurgie du glaucome.